Patrimoine hébraïque du Grand Sud marocain et du Sahel

L'histoire des Juifs d'Afrique du nord se confond avec la création de Carthage par les Phéniciens, il y a près de 3000 ans. Des témoignages existent sur le commerce que les Juifs du Maroc pratiquaient avec les Romains, il y a déjà 2500 ans.

Le judaïsme marocain a influencé à travers sa culture, son rayonnement, ses traditions et ses érudits, saints et kabbalistes tout le monde juif sépharade. Son héritage rayonne dans le monde jusqu’à nos jours.

Une riche tradition mystique et kabbaliste s'épanouit au Maroc et en particulier dans le Souss à partir du XIIIème siècle sous l'influence du catalan Moïse Nahmamide. Elle entretient des liens intenses avec Posquières dans le sud de la France et les écoles rabbiniques de Jérusalem...

Le Royaume du Maroc, à l’initiative de Sa Majesté Mohamed VI, a intensifié son intérêt pour le patrimoine juif marocain et s’est engagé sur de nombreux chantiers de réhabilitation patrimoniale et de pleine réintégration culturelle.

L’institut des Andalousies du Maroc s’inscrit pleinement dans cette orientation.

 

Plusieurs chantiers et projets sont en préparation en particulier :

- L’intégration de la composante du patrimoine juif marocain – religion, cuisine, art de vivre, traditions - comme un élément important du Guide des Andalousies du Maroc ;
 

- La recherche, l’étude et la promotion de la connaissance du patrimoine hébraïque du Grand Sud marocain : sites, synagogues, saints, traditions 
 

- La valorisation de l’héritage des grands kabbalistes du Souss ;

Un autre volet important est la présence des juifs au Sahara et au Sahel. L'ancrage de l'Institut des Andalousies du Maroc et du Monde en Afrique de l'Ouest - Bamako, Tombouctou et Ouagadougou - lui permet de contribuer à la mise à ce jour de ce patrimoine méconnu de l'histoire juive. 

Pour oeuvre à ce chantier l'Institut participera comme partenaire aux travaux de la Fondation Fondo Kati et d'autres structures et chercheurs spécialisés sur la question.